Même les aventuriers ont besoin d’un changement de rythme de temps en temps. La Prêtresse reste chez elle pour une fois, la Vachère va en ville sans devoir y travailler, l’Hôtesse de guilde prend un jour de congés, et l’Archère elfe se remémore ses vieilles aventures au lieu de se jeter dans de nouvelles. Mais le mal ne prend pas de vacances. Crève-Gobelin, le Lancier, et le Guerrier lourd forment un groupe pour affronter des démons !


Parlons de Goblin Slayer, le tome 4 ! Mais avant toute chose, une petite précision quant à cet article. Lorsque j’ai commencé à vous présenter Goblin Slayer, je n’avais que la traduction anglaise de Yen Press sous la main.

Au cas où, sachez que Kurokawa publie désormais en France le Light novel !

Je parlerais peut-être de cela dans un article ultérieur, vu la qualité de leur travail sur le bouquin, en tout cas, cela signifie surtout que nos personnages ont à présent des noms officiels français.

Désormais, je ne parlerais plus de Goblin Slayer, de Prietress, de High Elf Archer, de Dwarf Shaman, Lizard Priest, Cow Girl, Guild Girl ou autre.

A présent, j’utiliserais les noms français. A savoir : Crève-gobelins, Prêtresse, Archère elfe, Shaman nain, Prêtre lézard, Vachère, Hôtesse de guilde, ect…

Cela pourrait paraitre étrange comme appellations, mais franchement : Crève-gobelins, c’est un peu la classe.


latest

Revenons donc sur ce 4eme volume. Comme dans de nombreux autres Light novels, nous avons ici un recueil d’histoires courtes. Contrairement à de nombreux Light novels, ces histoires courtes servent réellement à quelque chose, et elles nous offrent en plus quelques moments d’anthologies.

A ce propos : certaines de ces histoires courtes sont adaptées dans le manga « Goblin Slayer : Brand new day ». Un bon moyen de trouver ces récits dans ce format, qui ne s’intercalent pas tellement dans la trame principale.

proxy

 

Des groupes inédits

L’intérêt de faire des histoires courtes, c’est qu’on peut parler de petites aventures qui n’auraient pas d’intérêts au milieu des arcs principaux. Dans Goblin Slayer, nous avons en plus un groupe fixé, composé du Crève-gobelins, de Prêtresse, d’Archère elfe, de Shaman nain et de Prêtre lézard.

Ici, cette contrainte saute. C’est une histoire courte, l’auteur ne s’engage pas à se lancer dans une série de bouquins en tenant éloignés les personnages principaux, ce qui permet de remettre en avant les personnages secondaires.

Prenant place entre les tomes 1et 3, le chapitre qui porte le plus ce propos est celui de l’attaque de la tour du mage du Chaos.

Un groupe… Somme toute équilibré, composé de Crève-Gobelins, Lancier et Guerrier Lourd. La bourrinitude de la bourrinerie est donc présente en ces hommes, se lançant dans une telle attaque face à des êtres maléfiques sans le moindre support.

LN_Vol_04-03

A tel point que Crève-gobelins devient l’éclaireur de cette partie, alors que Lancier en est le magicien, usant des rares sortilèges appris auprès de la Sorcière. Une composition différente fait du bien à lire. Elle nous sort du carcan habituel de notre groupe de cinq, et surtout, le manque de polyvalence, combinés aux caractères bien extrêmes des trois loustics nous permet de voir des choses incroyables.

Pourquoi affronter une tour de 60 étages quand on peut l’escalader ? Pourquoi s’emmerder à chercher le pouvoir rendant le mage immortel à l’intérieur de la tour, quand tu peux le balancer du toit ? Cette épopée cinglée est pourtant cohérente dans cet univers, et l’auteur ici montre les failles évidentes des meilleures défenses possibles.

Goblin Slayer ayant de fortes inspirations rolistiques, cela n’est pas sans rappeler ce que certains joueurs imaginent pour se sortir de situations sans bonnes solutions apparentes. Oublier la logique, et chercher les moyens les plus adéquats, quand bien même l’épique ne se retrouve pas au rendez-vous.

 

Le monde hors des caves gobelines

En écrivant Goblin Slayer, Kumo Kagyu a choisi un héros obsédé par les gobelins. Nous comprenons pourquoi Crève-gobelins est comme ça, cependant, cela a un défaut : il se moque de tout le reste.

Il devient ainsi compliqué de présenter le monde dans sa globalité, quand le protagoniste préfère aller massacrer des créatures dans des cavernes. Avec ce recueil d’histoires courtes, l’auteur peut envoyer le Crève-gobelin s’amuser tout seul, pendant que le reste de ses compagnons, et ses autres connaissances, nous offrent leur quotidien.

Pour « exclure » les membres de l’équipe, l’auteur ne s’embête pas à chercher des excuses bien poussés. Prêtresse qui parle exemple a tendance à coller Crève-gobelins tout le temps ? Simple. Les jours de ses règles, elle ne se lance pas dans les caves gobelines, son odeur pouvant la faire repérer bien trop facilement. C’est une simple logique.

Cela dit, ses interactions avec les autres personnages gagnent en intérêt. Par exemple, nous la voyons se lier peu à peu d’amitié avec Vachère, qui voit en elle une petite soeur embarquée dans des aventures peu ragoutantes. Du côté de l’Archère elfe, sa proximité avec l’Hôtesse de guilde peut paraitre tout d’abord étonnante, jusqu’à ce qu’on les croise faire un jeu de rôle dans la taverne. Oui, un jeu de rôle. Talk about Inception.

L’auteur, en plus de glisser ces passages qui permettent de développer les personnages, élargit son monde dans sa globalité. Nous redécouvrons l’Héroine, opposée complète de Crève-gobelins. Nous voyons pour la première le roi de ce pays, ainsi que son amitié avec Sword Maiden ( Oui pas encore de nom français on verra au prochain tome ~~ ).

LN_Vol_04-08

Cette relation n’est pas anodine. Avant d’être roi, et avant d’être une grande prêtresse, ces deux là arpentaient le monde et relevaient ses défis. Leurs combats, leurs victoires, et leurs positions actuelles sont très importante pour la tournure des évènements, et explique même le système d’aventuriers.

Puis bon. La rencontre entre Archère elfe, Shaman nain et Prêtre lézard lors d’une bagarre de taverne, ça vaut clairement le détour.

 

Crève-gobelins noue des liens

Au tome 1 : Crève-gobelins est un aventurier solitaire. Au mieux évité, au pire moqué, par les autres aventuriers. Il ne se préoccupe pas des autres, et se contente de massacrer tous les gobelins qu’il croise.

LN_Vol_04-06

Peu à peu, au contact de Prêtresse, il apprend à parler avec les autres. Pas grand-chose. Deux ou trois mots. « Je vois », « D’accord ». Son vocabulaire n’est pas beaucoup plus étendu. Cependant, c’est déjà un premier pas.

Dans ce volume, il se rend compte qu’il a évolué. En entrant dans la guilde, il croise des jeunes aventuriers  qui prennent de ses nouvelles. Il est salué par Lancier ou Sorcière. Le Guerrier lourd l’invite à boire avec ses amis. Son propre groupe l’attends pour un repas, alors qu’ils reviennent d’une rude aventure sans lui. Il pense à l’anniversaire de Vachère, et est prêt à se lancer dans des aventures sans gobelins pour que la récompense lui permette de lui acheter un cadeau décent.

LN_Vol_04-04

Ce n’est toujours pas grand-chose. Néanmoins, ses phrases s’allongent peu à peu, d’autant plus quand il discute avec Lancier, qui devient peu à peu un de ses proches amis.

 

La route sera encore longue, et les aventures nombreuses. Par ces histoires courtes, ce quatrième tome de Goblin Slayer s’offre de nouveaux horizons, de nouvelles possibilités. Un coup de fouet aux développements des personnages et du monde, en se servant du contexte d’histoires courtes pour mélanger la distribution.

Le tome 5 devrait nous amener dans des explorations montagneuses, au plus profond d’ancienne ruines à la recherche d’une épéiste disparue.

Ca pue l’aventure !

 

Publicités